Antifa bzh : Questions sur l’antifacisme à Rennes.

dimanche 19 mai 2013
par  Amitié entre les peuples
popularité : 13%

ANTIFA

Questions sur l’antifacisme à Rennes.

Lyon, Nice sont, à ma connaissance, les deux grandes villes ou les groupes fascistes interviennent publiquement et bien souvent durement. Dans ces villes les forces anti-fascistes interviennent aussi.

Les fascistes, identitaires et autres groupes nationalistes, ont voulu faire de même à Rennes et ce peu de temps après un rassemblement en lieu privé à Chartres. Rassemblement qui avait donné lieu en mars 2013 à une riposte réussie, large, citoyenne, mais aussi politique (meeting devant la mairie), active (manifestation bien organisée) mais sans provocation.

Cette fois-ci, pour Rennes, ce sont des groupes « antifa » qui ont pris les devants en cherchant activement les fascistes en centre ville (cf vidéo ci-dessous). Il faut noter ici que les antifa usent des mêmes références stéréotypées pour reconnaître les fascistes que les policiers. C’est souvent bon mais pas toujours.
Mais là, d’après la vidéo, rien à critiquer. Si ce n’est, chez certains, le gout à reproduire le virilisme et de vouloir manifestement pratiquer la violence comme l’extrême-droite. Mais personne ne semble armé.

Ce à quoi, il m’est répondu parfois, que dans ce genre d’opération, il y a fatalement et par définition altercations, au sens d’engagement à un combat qui n’est pas « confirmé », poursuivi. En ce sens, une altercation peut être physique mais brève et n’est donc pas nécessairement suivi d’une bataille rangée à coups de bâtons car le groupe le plus faible lâche l’affrontement (quitte à revenir mieux armé). Pourtant, on a parlé d’une « casse » à 5 contre un, le gars étant à terre.

Je suis contre ce genre de massacre. Absolument contre, même « pour des coups non portés franchement mais plus pour faire peur, et pas plus ». Faut-il que l’antifascisme passe par des affrontements réels qui sont, en droit, du domaine de la police ?

On me dit qu’ il y a des « éléments incontrôlés » qui ont la fâcheuse tendance de vouloir en « découdre » précisément en usant de certaines pratiques qui ne sauraient être cautionnées par des organisations comme le MRAP. On ne combat pas le fascisme avec des méthodes et une symbolique qui ressemblent à celles de l’adversaire, que dis-je, de l’ennemi.

Je crois notamment que l’antifasciste est mixte puisqu’il ne s’agit pas d’aller à l’affrontement physique mais à la critique de masse. Je vais jusqu’à dire que la présence de femmes, et pas nécessairement des adeptes d’arts martiaux, est nécessaire. L’important dans cette affaire est surtout d’être discipliné, de respecter les consignes et de rester solidaire... et éventuellement de savoir courir vite pour se dégager d’un encerclement.

Mais l’antifascisme est fondamentalement la promotion d’un mode de vie et de relations humaines radicalement opposés à l’usage viril de la force physique contre autrui. Il est porteur d’égalité et de raison discutée et non d’inégalité homme-femme et de biologie « naturelle » de domination. En plus nombres de personnes sont fonctionnaires et astreints de ce fait à un certain nombre d’obligations statutaires et déontologiques, qui les obligent à une certaine prudence et modération dans l’action.

CD

Contribution personnelle

MRAP 35

cf Le MRAP, l’antifascisme et l’anticapitalisme.
http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article3323

>
[NO COMMENT] Les Jeunesses Nationalistes rejetés du centre de Rennes par les Antifa - Vidéo Dailymotion

http://www.dailymotion.com/video/xzqu6f_no-comment-les-jeunesses-nationalistes-rejetes-du-centre-de-rennes-par-les-antifa_news#.UZa_Or-Fs4Y

Un militant repenti balance les secrets de l’ultra-droite — Midi-Libre

http://www.legrandsoir.info/un-militant-repenti-balance-les-secrets-de-l-ultra-droite.html