Burqa et relativisme culturel : soit on sort tous nu en ville soit les hommes sortent sous voile intégral ! C Delarue

dimanche 2 mai 2010
par  Amitié entre les peuples
popularité : 7%

Burqa et relativisme culturel : soit on sort tous nu en ville soit les hommes sortent sous voile intégral !

Réponse à Isabelle Stengers et Philippe Pignarre auteur de « Le plus religieux n’est pas celui qu’on croit » (1) : Pour le nudisme en ville à quand la tolérance ? Et la polygamie pour les femmes : pour quand ?

*

Si le voile intégral est autorisé alors, soit on sort tous nu en ville soit les hommes sortent sous voile intégral . Aucun doute sur la réalisation de cette double proposition qui n’a d’autre but que de faire réfléchir. « Soit on sort tous nu en ville, soit les hommes sortent sous voile intégral » ; c’est bien là une double réponse possible face au relativisme culturel à deux faces ; celui qui admet en un sens l’enfermement total des humains qui le veulent (en principe) et en un autre sens une pratique clairement sexiste.

L’antiracisme et l’anti-sexisme instrumentalisés.

Le sexisme est condamné par la plupart des mouvements progressistes mixtes ou non mixtes sur la planète. Dans ce cas, il arrive que cette discrimination sexiste soit repoussée au nom de deux arguments :

Le premier argument s’appuie sur « c’est aux femmes de se libérer » . Il serait effectivement étonnant que les femmes ne réagissent pas au sexisme. Notons qu’elles le font massivement sur cette question mais sur des positions variables. Mais notons aussi que le sexisme comme rapport de domination ne concerne pas que les femmes. Ce serait alors faire comme si le sexisme ne devait pas être mis en recul par l’ensemble de la société, et ce évidemment dans tous ses aspects.

Le second argument s’appuie sur le racisme. L’islamophobie est bien une forme avérée et montante du racisme. Mais comme l’antisémitisme peut être instrumentalisé par le sionisme, l’islamophobie peut être instrumentalisée par l’islam radical pour brider la critique de ses pratiques sexo-séparatistes. Cela doit être dénoncé.

L’islamophobie est bien de nature raciste quand la critique de l’islam vise en fait tous les musulmans. C’est bien ce qu’a fait jadis Robert Redeker dans son article intitulé « Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? »publié par « Le Figaro » du 19 septembre 2006 ainsi que Geert Wilders dans son clip Fitna.

Mais, l’islamophobie n’a pas pour objectif d’empêcher la critique de l’islam ni de certaines pratiques - dont le voile intégral mais pas seulement - qui seraient très certainement critiquées comme pratiques sectaires si elles provenaient d’une secte non religieuse.

Débat sur le relativisme culturel : burqa et nudisme.

La réplique à la burqa pourrait tenir dans l’application d’un relativisme culturel ( 2) sur un aspect oublié : le nudisme. Si l’enfermement total est autorisé en société alors le nudisme devrait l’être aussi. Pour qui veut être d’abord lucide avant d’en appeler à la moralité il faut convenir de la rigueur de la proposition .

Si le relativisme culturel n’est pas accepté pleinement alors le nudisme est limité dans certaines zones et la burqa itou. En ce cas elle ne serait pas interdite partout mais dans certains lieux. Sur le domaine public par exemple. Ce faisant il ne s’agit pas de tomber dans une société d’ordre moral qui impose une sorte de « bien habillé » à tous et toutes. On retrouverait néanmoins un ordre culturel et juridique relativement libéral mais ou néanmoins tout n’est pas permis. Les citoyens posent alors un principe - autorisation de la burqa et du nudisme - et envisagent des exceptions au principe. Ils disent alors qu’il n’est pas tolérable de se promener nu ou en burqa partout . Toute société pose des interdits. Dans les sociétés autoritaires et totalitaires ils de principe alors que dans les société libérales ils sont d’exception. Cela rejoint la conscience commune qui même d’esprit libéral pensent en effet qu’il faut circonscrire ces deux pratiques sociales. Circonscrire ce n’est pas interdire partout.

Christian Delarue

1) Le plus religieux n’est pas celui qu’on croit, Isabelle Stengers et Philippe Pignarre

2) Le relativisme culturel face à l’emprise du religieux .

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article728


Brèves

8 janvier 2017 - Ni kippa, ni voile, ni autre signe religieux ostensible à l’Assemblée Nationale

Ni kippa, ni voile, ni autre signe religieux ostensible à l’Assemblée Nationale