L’abbé Pierre n’échapperait pas à la critique.

dimanche 27 mai 2018
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

L’abbé Pierre n’échapperait pas à la critique.
Et pas que la critique.

Extrait d’un article d’ Hadrien Mathoux

La directive anti-signes religieux à l’Assemblée ne le précise pas mais concrètement, son application devrait s’appuyer sur la circulaire interprétative du 18 mai 2004, qui définit à partir de quand l’on considère qu’un signe religieux est « ostentatoire ». Le document qui s’applique à l’école précise que « la loi ne remet pas en cause le droit des élèves de porter des signes religieux discrets ». Elle prohibe en revanche le port de signes « dont le port conduit à se faire immédiatement reconnaître par son appartenance religieuse tels que le voile islamique, quel que soit le nom qu’on lui donne, la kippa ou une croix de dimension manifestement excessive ». Valérie Boyer devra donc se contenter de pendentifs de taille raisonnable dans l’hémicycle. L’abbé Pierre, qui venait à l’Assemblée en soutane entre 1945 et 1951, serait quant à lui refoulé aujourd’hui.

Source
LIRE :

Interdire les signes religieux à l’Assemblée : pourquoi la nouvelle règle ne coulait pas de source
https://www.marianne.net/politique/interdire-les-signes-religieux-l-assemblee-pourquoi-la-nouvelle-regle-ne-coulait-pas-de


Brèves

8 janvier 2017 - Ni kippa, ni voile, ni autre signe religieux ostensible à l’Assemblée Nationale

Ni kippa, ni voile, ni autre signe religieux ostensible à l’Assemblée Nationale