Seuils : Les trois formes de République . C Delarue

mercredi 11 mai 2011
par  Amitié entre les peuples
popularité : 23%

Seuils : Les trois formes de République .

* Les variations sur les grands principes.

Les principes républicains de liberté, égalité, fraternité (1) ne sont pas hors de la lutte sociale sous des formes diverses . Ils ont fait l’objet d’ajouts comme celui de laïcité mais aussi d’autres plus contestables et d’interprétation qui tendent à donner une certaine couleur à la République.

Le liberté, égalité, fraternité peut virer au « travail, famille, patrie » et la République devenir coloniale dehors et exploiteuse en interne.

Si pour certain la vraie république porteuse d’émancipation est sociale et même socialiste il faut se souvenir que pour d’autres - SFR par exemple(2) - elle ne saurait qu’être libérale et capitaliste. Dans un conflit de SFR contre le syndicat SUD, SFR tirait argument de référence à l’autogestion socialiste dans les statuts du syndicat pour signifier qu’il n’était pas républicain. Pour les capitalistes la République défend d’abord le droit de propriété et liberté d’entreprendre alors que ces droits certes constitutionnalisés sous la V ème République n’ont jamais fait partie des "valeurs républicaines ».

Il ne s’agit pas ici de mesurer l’écart entre les Républiques réellement existantes et la ou les Républiques théorisée(s) notamment par rapport à la question coloniale ou à celle du racisme. Il s’agit de procéder à des distinctions en rapport à la démocratisation, aux droits sociaux et à la perspective socialiste. Ce texte complète celui-ci : "Les cercles de l’émancipation par la démocratisation"

Les droites passées à la République dans la France de la fin du XIX ème siècle vont tendre à promouvoir une liberté des puissants qui va dissoudre la dite République dans un libéralisme destructeur. C’est la critique faite depuis longtemps déjà par Madeleine Rébérioux et d’autres.

* Distinctions sur la République.

Mais les distinctions à former sur la République tendent ici à se dégager (un peu) de l’histoire française et portent plus la marque d’une perspective marxiste et altermondialiste plus généralisable qui prend en considération tout à la fois les processus d’intervention des peuples-classe - en plus (extension) ou en moins (rétrécissement) - et donc les grands niveaux qualitatifs de démocratisation et socialisation d’une société donnée.

Il n’y aurait alors pas qu’une République qui serait « la République du centre ». C’est ce que défendaient les solidaristes de la III ème République française derrière Bourgeois, Bouglé, etc pour s’opposer sur leur droite aux monarchistes et aux libéraux et sur leur gauche aux marxistes divers et aux communistes. Si la République présente certaines caractéristiques qui l’oppose au royalisme qui pose des sujets contre les citoyens et aux dictatures théistes qui place la volonté divine à la racine des modes de gouvernance, il faut bien remarquer que dans son spectre élargi elle peut prendre plusieurs formes.

Ici il s’agira donc d’offrir une modélisation générale sous forme de triptyque : libérale, sociale, socialiste. C’est qu’il y a plusieurs façon d’accommoder les grands principes républicains : liberté, égalité, fraternité, laïcité (1 ).

Il y a aussi la distinction « République jacobine » qui lutte contre la féodalisation territoriale et les inégalités mais par un centralisme excessif et la « République décentralisée » qui peut accompagner un développement inégal et combiné du capitalisme fort préjudiciable à la République .

Il y a aussi sous couvert de République une tentative d’ homogénéisation culturelle au profit de la culture dominante et au détriment des cultures dominées dites régionales. Mais respecter une certaine diversité culturelle des différentes régions ne signifie pour autant effacement du cadre national dans d’autres aspects importants, ceux qui via les services publics permettent d’éviter la fragmentation et les inégalités entre régions.

* Les trois grandes formes de République.

La République libérale s’emploie à restreindre la vie démocratique - entendu comme mode de décision, d’interpellation et d’intervention du peuple - ainsi que les droits égaux au profit de la gouvernance et de la marchandisation. La République libérale s’accompagne d’un rabougrissement démocratique et d’une montée des inégalités du fait de la libéralisation du marché et de ses principaux acteurs, les firmes multinationales. La République libérale peut aisément dégénérer en République nationaliste ou ethnique si la référence républicaine au « démos » (citoyen) s’efface devant l’ethnos, un ethnos catho-laique par exemple. Le nationalisme se tourne vers l’extérieur contre l’étranger stigmatisé et vers l’intérieur contre les minorités nationales . Elle peut connaitre aussi une pente « césariste démocratique » ou « bonapartiste ».

La République sociale étend et approfondie la démocratisation tout en maintenant une large place au marché. Elle généralise cependant le principe d’égalité des droits comme l’indique Pierre Ruscassie dans « Démocratie contre nationalisme » et ce faisant elle augmente le champ des services publics avec un contenu plus important de satisfaction des besoins sociaux, ce qui fait que les missions publiques d’intérêt général ne semblent plus être une politique de détournement des missions politico-administratives au profit des entreprises capitalistes et du marché . La République sociale fait aussi jouer à la fiscalité un rôle redistributif du haut vers le bas qui marque un changement conséquent avec la République libérale. Elle défend la Sécurité sociale. Bernard TEPER (UFAL) en fait même un repère fondamental de sa caractérisation mais cet auteur se revendique d’une définition proche de Jean Jaurès aisément mobilisable en France pour un projet de gauche mais qui n’est pas exactement celle ici évoquée.

Dans cette perspective, la République socialiste n’est que la suite de la République sociale dans la mesure ou elle monte d’un cran qualitatif la socialisation et la démocratisation de la République sociale. Mais en fait elle opère une rupture franche en cassant la domination du capital et en assurant ainsi le dépassement effectif du capitalisme. Elle réalise le saut du système d’alternance institutionnelle au sommet à celui de l’alternative globale au sein de l’Etat et de la société civile clivée par les rapports sociaux. Une telle rupture ne se remarque pas qu’en interne. Aller vers le socialisme c’est aussi rompre avec la domination impérialiste et néocoloniale en externe.

*

Le socialisme ne se définit pas seulement par la collectivisation des moyens de production. On dirait aujourd’hui avec Yves Salesse appropriation sociale. Elle une dimension « démocratie poussée jusqu’au bout ». Non seulement l’écart entre les citoyens et les élus sont réduits mais les rapports démocratiques entre dirigeants et dirigés sont radicalement transformés. Les rapports marchands fondés économiquement sur la solvabilité et juridiquement sur le contrat sont réduits par la logique de service public qui met en place par la loi la péréquation tarifaire

Christian DELARUE
avril/mai 2011

1) Le « carré républicain » : Liberté, Egalité, Adelphité, Laïcité.
http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article911

2) La République et le syndicalisme - Mouvements
http://www.mouvements.info/La-republique-et-le-syndicalisme.html

Eléments sur le socialisme C Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1104

Néo-solidarisme ou néo-socialisme

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article707


Brèves

27 avril 2019 - UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo

UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo
https://www.facebook.com/groups/331158090917542/

30 mai 2010 - TravaillismExit - RTT partout en Europe !

TravaillismExit - RTT partout en Europe !
https://www.facebook.com/events/1730316523900013/